Français

Comment la France perd ses abeilles (et leur miel)

Le 21ème congrès national de l'apiculture française s'ouvre ce jeudi à Clermont-Ferrand, alors que le nombre d'abeilles et la production de miel sont en chute libre. Selon le programme de surveillance Epilobee, la mortalité des abeilles en France et en Europe est en hausse constante. Un constat partagé par Henri Clément, le porte-parole de l'UNAF, l'Union nationale de l'apiculture française :La situation de l’abeille et de l’apiculture est actuellement extrêmement préoccupante.

La France à l’avant-garde avec l’Agence française pour la biodiversité

Un an jour pour jour après la présentation du texte de loi par Ségolène Royal au Sénat le 19 janvier 2016, et de son vote à l’unanimité, Ségolène Royal et Barbara Pompili mettent en place l’Agence française pour la biodiversité, dont Hubert Reeves est le Président d’honneur. Dans ce cadre, Ségolène Royal a donné un plan de travail immédiat à l’Agence française de la biodiversité :

1.Généralisation des sciences participatives avec :

Élimination des néonicotinoïdes - Les apiculteurs du Québec appuient la proposition de l'ARLA

La Fédération des apiculteurs du Québec applaudit la position de l'Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) de Santé Canada, pour laquelle l'usage actuel de l'imidaclopride « ne peut durer ». La réévaluation par le ministère fédéral de ce pesticide de la famille des néonicotinoïdes a confirmé ses effets extrêmement nocifs pour les cours d'eau et les nappes phréatiques, pour les insectes dont se nourrissent les poissons et plusieurs mammifères, et pour les abeilles et les autres pollinisateurs.

Abeilles : le pesticide fipronil altère la fertilité des mâles exposés, selon l'Inra

Les chercheurs de l'Institut national de recherche agronomique (Inra) démontrent, dans une nouvelle étude, que l'exposition des mâles d'abeille au pesticide fipronil "affecte indirectement la capacité de reproduction des reines". Leurs résultats sont parus le 23 août dernier dans "Scientific Reports". Pour rappel, le fipronil appartient à la famille chimique des phénylpyrazoles. Le 31 décembre 2013, la Commission européenne avait interdit pendant deux ans son usage, pour le traitement des semences de tournesol et de maïs dans l'Union européenne.

Déclin des colonies d'abeilles et disparition des reines

Les chercheurs de l'Inra montrent aujourd'hui que l'exposition chronique et indirecte à une dose très faible d'un pesticide néonicotinoïde, ainsi que l'infection par un parasite commun des abeilles, affecte très fortement la survie des reines en conditions naturelles et modifie leur physiologie. L'interaction entre l'imidaclopride et Nosema cerana est encore plus néfaste sur les reines que chaque stress pris séparément. Ces résultats sont publiés le 31 août 2016 dans Scientific Reports.

Trois fois plus d'abeilles sauvages meurent à cause des pesticides

D'après une étude britannique publiée mardi 16 août, le taux de mortalité des abeilles sauvages aurait triplé à cause des pesticides. Les pesticides néonicotinoïdes auraient multiplié par trois la mortalité des abeilles sauvages. Voilà le constat d'une étude britannique parue mardi 16 août dans la revue Nature Communications. Les apiculteurs alertent depuis plusieurs années sur le lien entre l'usage de ces puissants pesticides et l'effondrement du nombre de colonies d'abeilles sauvages. La Commission européenne avait d'ailleurs interdit l'utilisation de trois insecticides dès avril 2013.

L’utilisation des insecticides « tueurs d’abeilles » est toujours en forte augmentation

Les apiculteurs français en sont tout abasourdis : le moratoire européen sur certains usages des néonicotinoïdes semble jusqu’ici avoir été inopérant. Depuis sa mise en place en 2013, l’utilisation de ces insecticides, mis en cause dans l’effondrement du nombre d’abeilles et de pollinisateurs sauvages (bourdons, papillons, etc.), a même explosé.

Prise de bec autour des pesticides

Une campagne de Pro Natura pour alerter sur l’état des cours d’eau en Suisse exige le retrait de certains pesticides. Les paysans se sentent pris pour cible. Le 9 mai dernier Pro Natura lançait sa campagne «Stop aux pesticides dans nos eaux», dont le but est de dénoncer l’inquiétante quantité de pesticides, herbicides et insecticides dans les cours d’eaux. Ce texte est accompagné d’un plan national en huit points pour que la Confédération applique une nouvelle politique en la matière.

Alerte sur les taux de pesticides en milieu aquatique

Une nouvelle étude scientifique alerte sur la présence de pesticides dans l'eau des rivières et des lacs, bien au-delà des seuils admissibles. L'association de défense de l'environnement "Générations Futures" demande le changement de la réglementation sur les produits phyto-sanitaires. Publiée le mois dernier, cette étude allemande a "recoupé" 160 analyses, faites dans les 28 pays européens, entre 1972 et 2012. Du jamais vu. Elle alerte sur la présence de nombreux pesticides dans nos rivières et dans nos lacs, bien au-dessus des seuils admissibles. Les seuils limites dépassés dans près de 38% des cas. Les deux auteurs, deux scientifiques de l'université de Koblenz Landau en Allemagne voulaient vérifier si les limites acceptables de pesticides dans le milieu aquatique étaient bien respectées et la réponse est clairement non. Sur 23 pesticides recherchés, les concentrations dans l'eau dépassaient les seuils limites dans près de 38 % des cas.

Bisphénol A, phtalates, pesticides : la Commission européenne condamnée pour son inaction

Il n’y a, bien sûr, pas de condamnation pécuniaire, mais le coup est rude. Le Tribunal de l’Union européenne a condamné la Commission européenne, mercredi 16 décembre, pour « avoir manqué à [ses] obligations » sur le dossier des perturbateurs endocriniens (PE). En vertu du règlement européen de 2012 sur les biocides, Bruxelles devait publier, au plus tard le 13 décembre 2013, les critères scientifiques permettant de réglementer ces molécules de synthèse agissant sur le système hormonal et présentes dans une variété de produits courants (pesticides, plastifiants, bisphénols, solvants, etc.). Or, constate le Tribunal dans son arrêt, « la Commission n’a pas adopté de tels actes » définissant les PE, en dépit d’« une obligation claire, pré́cise et inconditionnelle de [les] adopter » précisée par la réglementation.